L’apparition des forêts d’eucalyptus au Chili

Alors que le Chili était depuis peu perçu comme l’un des pays d’Amérique latine les plus stables socialement, une crise a débuté.

Cette dernière a été déclenchée par la hausse du prix du ticket de métro, il y a 3 mois, à Santiago. Elle a toutefois dégénéré lorsqu’un mouvement de résistance s’est crée pour dénoncer cette nouvelle injustice économique. Le Chili, pour qui les soucis économiques deviennent de plus en plus fréquents, a vu en cette nouvelle hausse de prix, un moyen d’élever la voix contre la crise financière actuelle. Parmi les causes de cette crise, nous pouvons énoncer les incendies qui ont eu lieu récemment dans les forêts chiliennes. Depuis quelques années, les forêts sont reboisées avec des variétés d’arbres très toxiques, tels que l’eucalyptus ou encore le pin. Nous aborderons d’abord le cas de l’eucalyptus, puis les problèmes que cette propagation génère. Enfin, nous verrons l’exemple des Mapuches, communauté très impactée par l’apparition de ces nouvelles forêts.

Le cas de l’eucalyptus au Chili

Le reboisement des forêts constitue aujourd’hui un soucis primaire pour les paysans ou communautés locales vivants de l’agriculture. En effet, les espèces naturelles d’arbres se font de plus en plus rares, remplacées par des variétés à haut rendement, dites toxiques. L’eucalyptus et le pin font partie de celles-ci. Ce sont même les espèces les plus présentes dans le paysage chilien aujourd’hui, au détriment des variétés dites historiques. Nous observons donc des forêts symétriques constituées de très peu d’arbres  »naturels » (ou natifs du pays) et de seulement deux sortes d’arbres différents. Ces nouvelles plantations posent aujourd’hui problème à plusieurs niveaux et dans de nombreux domaines.

 

eucalyptus au chili
Forêt d’eucalyptus – Crédits : @pixabay

Les plantations dangereuses et les problèmes qu’elles provoquent

En plus du côté négatif au niveau de la diversité des paysages que ce renouvellement des forêts engendre, nous pouvons parler du problème écologique créé par le phénomène. En effet, ces nouvelles espèces consomment énormément d’eau et assèchent les rivières, les sols des alentours et les forêts. Elles sont donc nocives tant pour les autres constituants de la flore chilienne que pour les autres espèces fauniques. De plus, nous pouvons constater la mort de nombreux animaux intoxiqués après avoir bu dans les cours d’eau utilisés par les grandes entreprises forestières pour arroser leurs plantations. Les eucalyptus et les pins, considérés comme des espèces toxiques à haut rendement, sont aussi destructeurs pour les autres espèces. Ils acidifient les sols au point que, quand ils brûlent, plus rien ne pousse à leur emplacement. Par ailleurs, un soucis social est aussi avancé par ce reboisement des forêts avec des espèces dites « artificielles » après les incendies qui les ont ravagées : le non-respect aux droits des travailleurs forestiers.  Nous avons en effet, pu observer une multiplication des luttes des salariés du secteur forestier, ces derniers n’étant rémunérés que très faiblement, ce qui soulève un problème politique dans le pays entre les membres de sa population.

 

eucalyptus au chili
Pin araucaria, « le désespoir des singes » – Crédits : Domaine Public

Les injustices subies par la population chilienne : l’exemple des Mapuches

Nous enregistrons aujourd’hui 30% de la communauté Mapuche vivant sous le seuil de pauvreté chilien. Nombreux sont ses membres qui se sont exilés vers les grandes villes, n’ayant plus de terre à cultiver.  En effet, les entreprises forestières polluantes qui ne respectent pas les droits des travailleurs forestiers s’installent très souvent sur leurs terres. Les membres de la communauté sont, pour la plupart, en lutte contre l’expansion de ces entreprises qui les ont pendant très longtemps empêchés de cultiver en leur prenant les terres que ceux-ci considéraient comme sacrées. Les Mapuches (« gens de la terre ») gagnant leur vie de l’agriculture de survivance, gagnent actuellement des petits espaces en cultivant les terres des entreprises, ce qui a amené de nombreuses personnes à les considérer comme des terroristes. Les gouvernements ayant le même intérêt que les patrons, des procès suspects et des violences policières ont eu lieu contre les membres des communautés, actes dénoncés par les associations de défense internationales.

Ce n’est qu’en Septembre 2009 qu’un arrêté de la Cour Suprême chilienne a reconnu le droit des mapuches à procéder à leur cueillette traditionnelle d’herbes médicinales sur les terres des exploitations forestières, terres considérées comme ancestrales. Les mapuches, même après avoir fait reconnaître leurs droits, ont dénoncé l’appropriation de leurs recettes médicinales ancestrales par ces entreprises : de la « biopiraterie » selon eux.

 

Résistance Mapuche – Esteban Ignacio (Flickr)

 

En somme, nous pouvons aujourd’hui affirmer que la population chilienne entière est victime, à diverses échelles, de son gouvernement et des décisions prises par celui-ci. Le cas des forêts et de l‘eucalyptus au chili est un bon exemple des injustices subies qui sont observables dans de nombreux secteurs, impactant l’ensemble du Chili et bouleversant la stabilité qui le caractérisait depuis quelques années.

Pour soutenir la cause de la communauté Mapuche, Pachamama Voyages s’engage lors de ses circuits au Chili, à reverser des fonds à cette dernière pour l’aider à survivre. Vous pourrez trouver sur notre site, des nuits dans des maisons de famille de la communauté, ce qui vous permettra de comprendre à quel point il est important de la soutenir. Vous aurez en effet l’occasion de communiquer avec ses membres qui pourront vous expliquer leur situation.

 

eucalyptus au chili
Membre de la communauté Mapuche – Crédits : Pachamama Voyages

 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

commodo consequat. nunc venenatis, sem, at libero
Pachamama Voyages

GRATUIT
VOIR