Guerre ou entre-aide ?

Quoi de mieux pour découvrir l’Amazonie que de partir quelques jours en excursions? C’est ce que vous propose Pachamama-Voyages avec le circuit Voyage solidaire à la rencontre des communautés d’Équateur.

Une diversité amazonienne sans fin

L’Amazonie c’est 9 pays, plus de 5 millions de km2 et des millions d’espèces de plantes et d’animaux. La diversité amazonienne est unique, avec le temps les espèces se différencient de plus en plus et beaucoup plus vite que dans les autres forêts du monde. Il y a encore de nombreux mystères à élucider : des millions d’espèces restent inconnues et on ne connaît presque rien du mode de vie de celles répertoriées. Alors, comment se fait-il que ces 1,5% de la surface du globe représentent un tiers des espèces animales et végétales ?

Fleuve d'Amazonie
Fleuve d’Amazonie-crédit: @CIAT

Quelle est la potion d’une telle diversité ?

La diversité amazonienne s’explique en partie par le climat. Le soleil brûlant procure de l’énergie aux plantes et les pluies abondantes apportent de l’eau. Mais si la pluie est un allié, elle peut aussi être un ennemi. À certains endroits, la pluie est tellement forte qu’elle lessive les minéraux et rend la terre stérile comme certains endroits du désert.

Caïman
Caïman-crédit: @yves Tennevin

Faune et Flore, ami ou ennemi ?

Bien que de nombreuses espèces animales vivent dans l’Amazonie, ce sont les plantes qui y règnent. En effet, elles aussi connaissent une diversité sans fin et rendent difficile la vie des animaux. Beaucoup de plantes contiennent des toxines. Comment faire pour y échapper ? Chaque animal a sa technique. Le tapir a un odorat sur-développé qui lui permet de sentir les toxines. Quant aux termites, ils préfèrent se nourrir uniquement de végétaux morts. Les aras, eux, font de grands voyages et volent jusqu’aux surfaces argileuses du Tambopata au Pérou. Ils y prélèvent les minéraux indispensables et les substances nécessaires pour neutraliser les toxines.

Aras
Aras-crédit: @driellepaulinonunes

Un autre défi, la fonte des glaces

La saison des pluies commence dès décembre et se termine fin juin. Aussi est-elle accompagnée de la fonte des glaces. Ainsi, en juin, l’Amazone atteint des crues très importantes plongeant un cinquième de l’Amazonie sont l’eau. Cela représente plus de 2,5 fois la surface de la France ! Durant des semaines, les arbres restent alors immergés sous plusieurs mètres d’eau.

Amazon

Comment cette vie aquatique est-elle possible ?

Les arbres se sont adaptés en captant l’oxygène par les ports de leurs écosses ou en s’aidant de racines aériennes. Cependant, la flore n’est pas la seule touchée : le terrain de chasse du jaguar laisse la place à celui du caïman noir. Les lamantins, eux, voient leurs petites marres se transformer en un immense espace de jeu. La vie aquatique n’est effectivement pas à négliger. L’Amazone abritent 5 000 espèces de poissons sur 30 000 recensées. Parmi eux le Pirarucu, il s’agit du plus gros poisson d’eau douce. Il peut mesurer 2,5 mètres de long et peser jusqu’à 200 kilogrammes.

Pirarucu
Pirarucu-crédit: @Haka´s photos

Création de la diversité

La montée des eaux est un des ingrédients nécessaire à la diversité amazonienne. En effet, cette phase, entre saison humide et sèche encourage l’évolution des espèces. Pendant plusieurs semaines, l’Amazonie se compose de petites îles. C’est alors que certains animaux arrivent à nager et à passer d’une île à l’autre. Ils se retrouvent alors parfois être les seuls de leur espèce dans un milieu différent pendant plusieurs mois. C’est ainsi que de nouvelles espèces se créent. La flore se diversifie aussi du fait de l’isolement et fabrique des milliers de principes actifs.

Tapir traversant le fleuve
Tapir traversant le fleuve-crédit: @JStolp

Des espèces improbables

L’Amazonie regorge d’espèces plus étranges les unes que les autres. Parmi elles vous pouvez trouver la raie, le dauphin rose ou le dauphin gris d’Amazonie. Comment cela se fait-il ? 250 millions d’années auparavant, le bassin de l’Amazone était relié au Pacifique. Cependant, il y a 15 millions d’années les Andes ont commencé à se soulever, séparant l’Amazone de l’Océan. Certaines espèces ont alors était prises au piège. Seuls les animaux capables de s’adapter à l’eau douce ont survécu.

Dauphin rose d'Amazonie
Dauphin rose d’Amazonie-crédit: @user:takoradee

Un formidable écosystème

L’Amazonie est un formidable trésor de la nature. Il existe des millions d’espèces animales et florales dans la forêt. Les secrets de cette diversité sont dus aux conditions climatiques et à la géologie. Les espèces sont généralement peu représentées et doivent trouver des moyens de survivre. Alors amis ou ennemis ? Les animaux doivent se battre chaque jour pour survivre en Amazonie. Les prédateurs comme le jaguar ou le caïman ne font effectivement pas de cadeau. Et parfois, même se nourrir est un combat à cause des toxines se trouvant dans les plantes. La flore, elle, doit s’adapter sans cesse aux changements climatiques, à la montée et la descente des eaux. Mais l’Amazonie c’est surtout un formidable écosystème dans lequel tous les êtres sont tributaires les uns des autres.

N’hésitez pas à tenter l’expérience et explorer l’Amazonie grâce à Pachamama Voyages et au circuit Voyage solidaire à la rencontre des communautés d’Équateur !

Jaguar
Jaguar-crédit: @Charles J Sharp
sed commodo felis vel, id ipsum suscipit tempus diam lectus
Pachamama Voyages

GRATUIT
VOIR