Las posadas au Mexique : l’incontournable tradition de Noël

Au Mexique, comme dans la majorité des pays du monde, la naissance du petit Jésus est un évènement très attendu. Mais dans ce pays d’Amérique latine, c’est le 16 décembre que les traditionnelles fêtes de l’avent débutent. On les appelle « las posadas » (qui signifient « les auberges » en espagnol) en mémoire du pèlerinage de Marie et Joseph, jusqu’à la naissance de Jésus. Las posadas ont été une manière d’introduire la religion catholique au Mexique et sont aujourd’hui d’incontournables fêtes culturelles du pays.

Si vous avez la chance de voyager au Mexique pour un Noël ensoleillé et inoubliable, ne manquez pas ces “fiestas” emblématiques que sont Las Posadas.

Pinata colorée cassée au sol Mexique
crédits: @kliempictures

Les origines des posadas mexicaines

La culture mexicaine est marquée par l’histoire pré-hispanique, notamment Aztèque, et par la religion Catholique. Les deux sont très présents dans le quotidien des Mexicains et Mexicaines. Las posadas sont un bel exemple de la fusion de cet héritage culturel et religieux.

L’origine des posadas : la fin de l’empire Aztèque

À l’origine, durant le mois de panquetzaliztli (l’équivalent du mois de décembre), les Aztèques célébraient la naissance de l’imprononçable Huitzilopochtli, dieu de la guerre. Ces fêtes commençaient le 6 décembre et duraient 20 jours, jusqu’au solstice d’hiver qui en marquait la fin.

C’est au XVIe siècle, avec l’arrivée des conquistadors espagnols que les coutumes ont changé. Les responsables de l’enseignement catholique ont instauré des messes quotidiennes appelées « misas de aguinaldo » (qui signifie littéralement “les messes de cadeaux”) afin de faciliter l’évangélisation de la population. Elles étaient un moyen de les éduquer au catholicisme en faisant le parallèle avec leurs croyances païennes. À l’issue de ces messes, las posadas avaient lieu et des cadeaux (d’où le terme aguinaldo) étaient offerts aux participants comme récompense et encouragement.

Le Mexique vous tente ?

Nos voyages responsables en Amérique Latine vont vous séduire !

Las posadas du Mexique, vecteur du catholicisme

Les figures divines aztèques ont laissé place à Marie, Joseph et Jésus. Les 20 jours de célébration sont alors devenus 9 jours de posadas. Ils sont rythmés par une messe quotidienne à l’issue de laquelle les croyants défilent en rejouant les scènes de la nativité. Chaque soir est aussi l’occasion de festoyer.

Mais pourquoi 9 jours ? Ils correspondent aux 9 mois de « grossesse » de Marie. Au cours de leur pèlerinage de Nazareth à Bethléem, Marie et Joseph ont défilé de maison en maison pour trouver un refuge (« pedir posada » signifie « demander l’auberge ») et le souper avant de donner vie à Jesus. Cette prière de neuf jours est alors devenue la procession de l’avent mexicaine. Le 25 décembre, jour divin, est marqué par les cadeaux apportés par Jésus et par la destruction de la piñata, fort symbole religieux. Vous comprendrez pourquoi.

Crèche de noël Mexique durant las posadas
Crèche de noël Mexique durant las posadas – Crédits: @Alexas_Fotos

Las posadas du Mexique, rites et coutumes traditionnels

Au Mexique comme au Guatemala, à Cuba, en Espagne et dans d’autres endroits du monde, le rituel des posadas réunit la famille, les amis ou encore les voisins. Ces coutumes sont devenues de véritables festivités populaires et communautaires. Et c’est tout un programme !

La réalisation de la crèche marque le début des posadas

Traditionnellement, au Mexique on installe la crèche le 16 décembre, premier jour des posadas. On les appelle les « nacimientos », « pesebres » ou « belen ». La crèche a une place très importante, puisqu’elle représente la scène de la nativité, fondement des posadas. Cette mise en scène est plus importante que le sapin de noël que nous, français, affectionnons tant. Le sapin mexicain est artificiel et secondaire. Mais il est pourtant toujours abondamment coloré et décoré.

Enfants qui cassent la pinata pendant les posadas
Enfants qui cassent la pinata pendant les posadas

Des prières chantées 9 jours durant

Autrefois très suivie, les messes quotidiennes se sont réduites aujourd’hui à quelques prières devant la crèche et à la messe de minuit du réveillon (appelée « Nochebuena ») pour les plus fervents. Avec le temps, cette célébration a quitté les églises, en faveur des foyers et plus largement des quartiers. Le mot d’ordre n’est plus la croyance mais dorénavant le partage. Cette fête est aujourd’hui plus populaire que religieuse, bien que la croyance reste le fil rouge de cette neuvaine (prière de 9 jours). D’ailleurs les chants mexicains que l’on entend lors des processions, ne sont autres que des prières en chanson.

Des processions en l’honneur des saints pèlerins

Pour retracer le périple de Marie et Joseph, les participants forment deux groupes : d’un côté, « les pèlerins » et de l’autre « les hôtes ». Certains pèlerins sont déguisés ou arborent des statues à l’effigie des protagonistes et défilent de maison en maison, d’auberge en auberge, de posada en posada. Ils ont tous une bougie à la main et chantent les litanies traditionnelles, ces chansons de Noël mexicaines, appelées « Villancicos ».

De l’autre côté, les hôtes, restés à l’intérieur de la « posada », répondent aux pèlerins en chantant. Ils finissent par les accueillir à l’issue de leur pérégrination. Selon la tradition, les pèlerins doivent être rejetés de deux auberges avant d’être accueillis par leurs hôtes. C’est lorsque les deux groupes se réunissent, dans une maison différente chaque soir, que la fête peut commencer. 

Familles célèbrant posadas

La célébration de la vie dans tous les sens du terme

Chaque procession est suivie d’une célébration de prières autour de la crèche et surtout d’un joyeux moment de convivialité culinaire. On célèbre la vie dans tous les sens du terme. On y déguste les bunuelos (beignets), les tamales (papillotes à la farine de maïs farcies à la viande), le chocolat chaud, l’atole (boisson à base de maïs),  le “ponche” mexicain (traditionnelle boisson alcoolisée comparable au punch que nous connaissons). Ce repas est l’occasion de réunir la famille mais aussi les amis et les voisins. Le dernier jour est indéniablement le plus festif de tous puisqu’il marque la fin du voyage de la sacro-sainte famille et la veille de la naissance de Jésus.

Las posadas : Le réveillon de Noël comme cérémonie de clôture

Le terme « las posadas » est souvent utilisé au sens large, pour définir les fêtes de noël mexicaines. Mais si las posadas sont les traditionnels 9 jours, la navidad (noël) est l’évènement qui les clôture. Las posadas sont donc les fêtes de l’avent précédant le réveillon de Noël, mais l’amalgame est souvent fait.

Enfants ramassant des bonbons tombés de la pinatas
Enfants ramassant des bonbons tombés de la pinata

Un Nöel sans Père-Noël

Lorsque l’événement touche à sa fin, c’est à Jésus de faire son entrée. Car c’est lui qui dépose les cadeaux au pied du sapin coloré, le 24 au soir. Les enfants ne les découvriront que le 25 au matin. Et oui, vous avez bien compris ! Au Mexique, le père noël n’existe pas ! Bien qu’avec l’évolution de la société et de la culture, il commence à apparaître ci et là.

Mais Jesus n’est pas le seul à déposer des cadeaux. Les rois mages le font également, le 6 janvier, à L’Épiphanie (Jour de la « galette des rois » française). Mais c’est une autre histoire.

La symbolique des piñatas

La tradition incontournable des Posadas, et plus largement du Mexique, est la destruction des piñatas. « Ne romps pas avec les traditions, romps une piñata ! » dit l’adage.

Ces objets de décoration, plus colorés les uns que les autres, sont exposés pendant toute cette période de l’avent. Le réveillon sonne l’heure de la libération des bonbons et autres sucreries. Les enfants, petits et grands, adorent détruire ces sculptures colorées, véritables symboles de leur culture.

Mais ce ne sont pas de simples boules en papier. Elles ont une forme et une signification bien particulière : la boule centrale, représente la terre mère, nourricière. Elle est agrémentée de 7 picots colorés incarnant les 7 péchés capitaux. Et c’est avec l’aide de la force de dieu, un bâton, et une foi aveugle, les yeux bandés, que l’on vainc le diable et que l’on combat les tentations. La libération des fruits, cacahuètes, bonbons et autres sucreries symbolise le triomphe de la foi sur le mal. Les piñatas représentent également l’étoile qui a conduit les Rois Mages à Bethléem.

pinata colorée accroché au mur
Pinata colorée – Crédits : @saracd_20

Le repas de noël, ce festival de réjouissances culinaires

Pendant que les enfants s’acharnent sur les piñatas, les adultes trinquent et festoient.

Le repas traditionnel du réveillon est un véritable festival de réjouissances culinaires. Composé des mêmes bunuelos, tamales et autres gourmandises déjà évoquées, le dîner de Noël s’articule autour d’une dinde au « mole«  (sauce au chocolat pimentée), de “bacalao” (morue) ou de cochon rôti.

La tradition veut que les restes soient finis et partagés le lendemain midi, après la découverte des cadeaux.

Boisson traditionnelle appelée ponche
Le ponche, boisson traditionnelle des Posadas – Crédits: ProtoplasmaKid

Le « Ponche » traditionnel

Le Mexique est un pays réputé pour son ambiance festive et colorée.

Mais les “posadas” ne sont pas aussi connues que le “dia de los muertos” (la fête des morts), dont nous connaissons les maquillages hauts en couleurs. 

Pourtant elles  évoquent des valeurs que nous devrions célébrer avec conviction à travers le monde, tels que: La fraternité, l’entraide, la solidarité et le partage

 

Feliz navidad a Mexico !

map mexique dessins faune flore
Carte du Mexique

Nos idées de voyages  au Mexique

parachicos-chiapa-de-corzo-mexique

Voyage à la rencontre des communautés du Mexique

balançoire-holbox

15 jours au Yucatán : un circuit éco-responsable

Voyage à Oaxaca, cœur battant du Mexique

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

La demande pour entrer dans la posada se fait par des chants appelés latanias

Les latenias sont des sortes de chants échangés entre les pèlerins qui cherchent un logement et leurs hôtes. Cette demande de posadas se fait 3 fois (Afuera) puis le chant (Adentro) souhaite la bienvenue aux pèlerins.
Afuera
Primera Petición
En el nombre del cielo os pido posada.
Pues no puede andar mi esposa amada.
No sean inhumanos, tengan caridad,
que el Dios de los cielos se lo premiará.
Segunda Petición
Venimos rendidos desde Nazareth;
Yo soy carpintero de nombre José
Posada te pide, amado casero,
por solo una noche la Reina del cielo.
Tercera petición
Mi esposa es María, es Reina del cielo,
y madre va a ser del Divino Verbo.
Dios pague Señores, vuestra caridad
y que os colme el cielo de felicidad.
Adentro
Aquí no es mesón, sigan adelante,
yo no debo abrir, no sea algún tunante.
Ya se pueden ir y no molestar,
porque si me enfado los voy a apalear.
No me importa el nombre,déjenme dormir;
porque ya les dije: que no hemos de abrir.
Pues si es una Reina quien lo solicita,
¿Cómo es que de noche anda tan solita?
¿Eres tú José? ¿Tu esposa es María?
Entren, peregrinos, no los conocía.
Dichosa la casa que alberga este día,
a la Virgen pura, la hermosa María.
Abriendo la puerta
¡Entren Santos Peregrinos, Peregrinos!, reciban esta mansión
que aunque es pobre la morada, la morada, os la doy de corazón.
Cantemos con alegría…, alegría; todos al considerar;
Que Jesús, José y María… y María; nos vinieron hoy a honrar.

Et en français

Afuera
Primera Petición
Au nom du ciel , je vous demande un abri,
pour ma femme bien-aimée qui ne peut pas aller plus loin.
Ne soyez pas inhumain, Montrez un peu de charité,
Dieu dans le ciel vous récompensera.
Segunda Petición
Nous sommes exténués de tout le chemin parcouru depuis Nazareth,
je suis un charpentier nommé Joseph.
Nous demandons hébergement, cher aubergiste,
pour une seule nuit pour la Reine du Ciel.
Tercera petición
Ma femme est Marie. Elle est la reine du ciel,
Elle sera mère de la Parole divine.
Que le Seigneur vous récompense pour votre charité,
et le ciel puisse vous remplir de bonheur.
Adentro
Ce n’est pas une auberge va-t’en,
Je ne peux pas ouvrir la porte, vous pourriez être un voyou.
Vous pouvez aller maintenant et ne nous dérange pas plus,
parce que si je me mets en colère, je vais vous battre.
Peu importe votre nom, Laissez - moi dormir,
Je vous ai déjà dit, nous n'allons pas ouvrir la porte.
Si elle est reine qui demande
pourquoi le fait-elle la nuit, errant si seule ?
Est-ce que vous Joseph ? Votre femme est Marie ?
Entrez les pèlerins, je ne vous ai pas reconnu.
Ma bonne maison, vous hebergera ce jour,
la vierge pure, la belle Marie.
Abriendo la puerta
Entrez les pèlerins saints dans ma pauvre demeure,
Mon cœur, ce soir, est rempli de joie et de plaisir.
Ce soir je donnerais la gîte à la Mère de Dieu et à son fils.

Nos derniers voyages

Circuit au Coeur de la Serra da Estrela

Colombie ancestrale et naturelle

Peru Magico

Pour voyager responsable, partez avec nous !

CONTACTEZ-NOUS !

Claudia & Miralda
06 62 49 50 85
hola@pachamama-voyages.com

Pachamama Voyages

GRATUIT
VOIR