« Quiconque a bu les eaux de sa fontaine, ne voudra jamais quitter Lima. » Proverbe péruvien

Direction, le pays des rêves. Tel un explorateur ou une exploratrice, je vous emmène visiter le Pérou !

Mais faisons ensemble, un bref retour dans le passé afin de comprendre l’histoire de ce pays aux multiples facettes. C’est en 1 527 que Francisco Pizarro découvre le Pérou. Un pays au passé colonial important. Avant tout, le Pérou est le berceau de l’ancien Empire inca. Le plus grand et le plus riche empire d’Amérique du Sud. À son apogée, la civilisation inca s’étendait sur une grande partie de l’Amérique du Sud. De l’actuel Équateur jusqu’au Chili en passant par le Pérou.

Le pays est réputé pour ses trésors archéologiques incas, dont l’une des 7 merveilles du monde : Le Machu Picchu. Le Pérou est traversé par la cordillère des Andes et la forêt amazonienne. Il possède de nombreuses chaînes de montagnes dont les sommets mesurent plus de 6 000 mètres d’altitude. Le Pérou, c’est aussi 60 % de forêt amazonienne et 3 000 km de côte longée par l’océan Pacifique. Un pays connu pour ses célébrations, sa culture et ses modes de vie. Je vais vous faire découvrir les lieux et les activités incontournables à visiter, à voir et à faire au pays des Incas.

 Vallée sacrée
La vallée sacrée au Pérou

Un itinéraire atypique vous attend au Pérou. Un voyage sous le signe du dépaysement. Préparez-vous à rencontrer les communautés péruviennes de chaque région. Parcourez ses plus belles villes telles que Lima. Immergez-vous dans l’histoire et la culture de ce pays des Andes.

Découvrez mes 20 incontournables qui vont vous donner envie de faire un voyage dans ce pays fascinant.

1 – Visiter le Pérou en commençant par Lima, la bouillonnante capitale

La cité des rois

Commençons notre voyage à Lima. La métropole compte parmi les plus grandes d’Amérique du Sud. J’ai été étonnée par la beauté de ses édifices. La capitale du Pérou, datant de 1535 et souvent boudée par les amoureux de la nature. Pourtant elle surprend par ses palais, ses églises, ses galeries d’art et ses paysages. Lima est une ville dynamique qui réussit à associer passé et présent. Les sites archéologiques et culturels y côtoient un paysage urbain résolument moderne.

Lima
Place principale de Lima et église de la cathédrale

Que visiter à Lima ?

J’ai commencé ma visite de Lima par la place d’armes. Reconnu par l’UNESCO en 1991, j’y ai aperçu la Cathédrale Saint-Jean ainsi que le palais du gouvernement. C’est le lieu où l’on se procure une arme lors d’attaques de pirates au XVIe siècle. Le palais a été le centre politique le plus important du Pérou et le lieu de contrôle de l’alimentation en eau de tout le pays.

La visite continue avec le musée de Larco et le musée Mali qui présentent de nombreuses œuvres de l’époque précolombienne à l’art colonial. Il est impossible d’explorer Lima sans se balader dans Barranco. Un quartier bohème qui a su me faire m’évader par ses nombreuses galeries d’art, musées et ateliers d’artistes.

Ensuite, j’ai rejoint la Croix des Miracles, qui mesure plus de 26 mètres et trône en haut de la colline San Cristobal. Depuis son sommet, j’ai eu un point de vue panoramique sur toute la ville de Lima. Ce voyage à Lima, s’est fini par Miraflores. C’est un quartier très attractif situé sur la côte Pacifique. Un lieu où il vous est possible d’associer balade en bord de mer et point de vue magnifique depuis les hauteurs.

Miraflores Lima
Vue sur la mer depuis les hauteurs de Miraflores à Lima. Crédit photo: ben_leash

2 – La mystérieuse et envoûtante vallée des Incas

L’histoire de la vallée de l’Urubamba

Notre itinéraire prend forme. C’est dans un des lieux les plus énigmatiques du Pérou que nous nous arrêtons. La vallée sacrée des Incas est à la fois une terre de mystère et surprenante par sa grandeur. Un lieu riche de son histoire et de la grandeur de ses paysages. La vallée reste encore aujourd’hui, peu impactée par l’homme. J’ai été émerveillée par son décor verdoyant à perte de vue. Située au nord de Cusco, la vallée sacrée est longée par la rivière Urubamba, “La rivière sacrée”. Appréciée pour son climat paisible et sa terre fertile, elle a été utilisée par les Incas comme grenier. Des terrasses agricoles, des constructions militaires, religieuses et d’anciennes sépultures y ont été découvertes.

Vous voulez visiter le Pérou ?

Nos voyages responsables en Amérique Latine vont vous séduire !

Partage et échange avec la communauté Patamba

Pour visiter la vallée sacrée des Incas, il est possible de choisir deux chemins. Le premier passe par la ville de Pisac, tandis que le second passe par Chinchero. Cet itinéraire vous offre la possibilité de visiter ces villes et de vous rapprocher de la communauté Patamba. Découvrez sa culture, ses traditions, son mode de vie et ses ateliers de tissage. Un moment de partage et d’échange qui restera marqué dans vos esprits.

Si vous passez par Chinchero, vous risquez d’être surpris par ces nombreux vendeurs, proposant des vêtements et autres produits. Le tourisme à permis au Pérou de se développer et permet aux communautés locales d’améliorer leur mode de vie

La vallée des incas
La vallée des Incas

3 – À la découverte du Machu Picchu

Un voyage dans la vallée sacrée ne peut pas se faire sans visiter la cité perdue des Incas. Notre guide nous explique que de nombreuses prouesses architecturales y ont été construites, dont le Machu Picchu. Les Incas n’ayant pas laissé de trace écrite, la fonction du Machu Picchu reste un véritable mystère. Les suppositions vont de bon train : lieu cérémoniel, forteresse militaire ou lieu de retraite pour la noblesse. La cité est occupée durant cent ans, puis laissée dans l’oubli.

L’une des sept merveilles du monde

Le Machu Picchu est un site très prisé au Pérou. Ses mystères et ses nombreux trésors attirent les passionnés d’histoires. L’ancienne cité inca est située au nord-ouest de la ville de Cusco, dans la cordillère des Andes. Elle est nommée au patrimoine mondial de l’UNESCO en 1983. La Cité de pierre du Machu Picchu est l’un des sites archéologiques les plus importants sur terre.

Le Machu Picchu
Le Machu Picchu

 

Imaginez-vous vous arrêter à la millième marche de l’escalier qui mène au Machu Picchu. Je regardais le paysage et je me suis rendue compte que je me trouvais dans l’un des plus beaux endroits du monde. Il est temps pour vous de reprendre l’ascension et d’atteindre ces 1 900 marches. Me voilà arrivé, devant cette mystérieuse cité. Le Machu Picchu va vous intriguer par l’architecture de ses bâtiments. Faits de pierre, on se demande, comment ont-ils pu tenir aussi longtemps? Notre guide nous a expliqué que les pierres du Machu Picchu ont été minutieusement taillées de façon à s’emboîter et ne plus bouger.

4 – Pisac et ses fascinantes ruines incas

L’entrée de la vallée sacrée des Incas

C’est dans la région de Cuzco, au sud du Pérou que nous faisons escale. Pisac est reconnue pour ses paysages andins et pour être l’une des entrées de la vallée sacrée. Cette ville m’a présenté les prémices de la suite de ce voyage. J’y ai rencontré la population locale péruvienne, mais pas uniquement. Pisac possède un parc archéologique Incas, ainsi qu’un centre-ville des plus dynamiques.

Inca en or : Crédits @dp

Les incontournables de Pisac

La visite débute par le marché andin de Pisac. J’y ai trouvé une diversité de produits locaux ainsi que de nombreuses fabrications artisanales. S’en est suivi un détour par la plaza de Armas. Cette ville a un charme fou. C’est un petit coin paisible, où il fait bon vivre. Je me suis approchée de la fontaine pour profiter de la vue et de l’architecture de cet incontournable du Pérou. Gourmande et curieuse comme je suis, j’ai été très heureuse de participer à un atelier de fabrication du chocolat. De quoi ravir les papilles de beaucoup d’entre nous. Je conseille à ceux qui n’en ont pas le temps, de ne pas hésiter à visiter le Jardin botanique et le musée communautaire. Ils sont tous deux situés près de la place de la Constitution.

5 – Visiter le parc archéologique Choquequirao

Pisac
Ruelle typique à Pisac. Crédit: Michel Chow

La cité jumelle du Machu Picchu, “ la sœur sacrée” ou encore “la cité perdue” des Incas était le lieu de refuge pour les Incas qui ont fui la capitale après l’attaque des conquistadors. Un lieu peu connu et pourtant si beau.

La jumelle du Machu Picchu

Plus petit que le Machu Picchu, le parc archéologique de Choquequirao se révèle être un lieu tout aussi mystérieux. Le site est bien moins fréquenté que sa jumelle, ce qui je vous l’assure est plus qu’appréciable.

Cet incontournable du Pérou nous donne l’impression d’être le roi du monde. Je me suis retrouvée au sommet des montagnes avec pour seul fond sonore, le bruit des oiseaux. Un voyage qui demande beaucoup d’effort mais qui en vaut la peine. Le parc Choquequirao, ce sont des plaines verdoyantes à perte de vue, c’est la visite d’un lieu chargé d’histoire et de tradition et surtout c’est une vue panoramique des Andes. Bien plus belle que ce que je pouvais imaginer.

Choquequirao la jumelle du Machu Picchu.
Choquequirao la jumelle du Machu Picchu. – Crédit @DP

Visite des ruines de Choquequirao

Amateur de trek ? Découvrez ce fabuleux complexe archéologique, à plus de 3 000 m d’altitude. Semblable à la cité du Machu Picchu, l’architecture et l’organisation de Choquequirao sont épatantes. Sur plusieurs niveaux j’ai observé des terrasses agricoles et l’architecture unique de ses bâtiments. Avant d’explorer ce lieu sublime, je dus parcourir une longue marche. Contrairement au Machu Picchu, il n’y a pas d’escalier à monter, mais une pente de 1 400 m de dénivelé. De quoi réveiller mes cuisses et mes mollets.

6 – Le lac Titicaca et ses grenouilles géantes

“Titicaca”, le puma de pierre

D’après la légende, il y a très longtemps existait une vallée fertile où les hommes ont vécu heureux, en paix et harmonie. Les dieux des montagnes ont protégé la vallée depuis des temps immémoriaux. Un éden fragile soumis à une seule condition divine : les hommes ne doivent jamais en atteindre le sommet où brûlait un feu sacré. Car c’est là que se cache le diable, qui sème la discorde et divise les hommes. Un jour, le diable décida de se jouer des hommes. Il les met au défi de récupérer le feu sacré. Ce qu’ont fait les hommes aveuglés par leur orgueil. Les dieux des montagnes sont alors pris d’une colère sans nom. Et pour punir les hommes, ils libérèrent des milliers de pumas assoiffés de sang pour punir le peuple de sa désobéissance.

Le dieu Inti, désolé de cette situation, a pleuré durant 40 jours. La vallée est inondée. Un homme et une femme survécurent à cette tragédie. Ils se réfugient sur une barque de Totora. Le quarante unième jour, les nuages se dissipèrent. Les deux survivants se retrouvèrent au beau milieu d’un immense lac où flottaient autour d’eux les pumas en pierre. Le lac Titicaca est né !

Les îles flottantes

Le Lac Titicaca
Le Lac Titicaca – Crédits @dp

Les îles flottantes se divisent entre la Bolivie et le Pérou. Voici les îles péruviennes:

  • Les îles Amantaní : Les habitants des îles flottantes subsistent grâce à la pêche, l’agriculture et depuis peu, au tourisme. Amantaní est habitée par près de 4 000 personnes. L’île est aussi appelée « île du Kantuta » en raison de la Cantua Buxifolia. Contrairement aux idées reçues, la langue parlée sur l’île est le Quechua. L’espagnol y est très peu employé.
  • L’île de Taquile : Elle est réputée pour sa beauté, ses arches de pierre et sa vue panoramique sur le lac Titicaca. Pourtant, du temps de la colonisation par les Espagnols, l’île fut utilisée comme prison. C’est seulement, depuis 1970, qu’elle est la propriété de ceux qui y vivent.

  • Les îles Uros : Elles comptent 89 îles. Elles ont été construites en totora, de grands roseaux, par les Indiens Uros pour fuir les Incas. Les embarcations en totora furent réunies afin de former de grands îlots. Mais comment ces îlots font-ils pour ne pas dériver ? Ils sont soutenus par des poteaux de bois d’eucalyptus qui ont été plantés dans le fond du Titicaca. Le peuple Uros s’est éteint pour laisser place aux Indiens Aymaras qui essaient de perpétuer les traditions Uros sur ces îles.

lac Titicaca
@David Stone

7 – Cusco le nombril du monde

La capitale de l’empire inca

Un voyage dans le nombril du monde, ça vous tente ? C’est possible à Cusco, la ville emblématique du Pérou. Visiter le Pérou sans passer par Cusco est impensable. La ville est située à plus de 3 000 mètres d’altitude et le mal des montagnes s’y fait quelque peu ressentir. Me voilà admirative devant ces vestiges incas, datant du XIe siècle. Cusco se trouve dans la cordillère des Andes. De quoi s’imaginer la beauté des paysages qui l’entourent. Notre guide nous explique que la capitale de l’Empire inca a été utilisée comme axe économique transandin. J’ai eu la chance d’assister au commencement de la célèbre fête de l’inti Raymi, qui provient de la tradition inca. Cusco représente un héritage économique indispensable et culturel pour ses habitants.

Que visiter à Cusco ?

Par où commencer ? J’ai pris cinq minutes ou plus, pour regarder ce qui m’entoure et admirer ces paysages des Andes. Un spectacle à nul autre pareil. Je me suis rendue dans le marché de San Pedro où j’ai été envoûtée par de douces odeurs de plats fraîchement préparés. Je me dois de préciser la gentillesse plus que reconnue et souvent citée, des marchands de ce lieu coloré et chaleureux. Le charme du centre-ville de Cusco, peut en faire rougir certains. Sur la place d’armes je suis tombée face à face avec cette magnifique cathédrale de style baroque, construite sur le palais de Wiracocha. Non loin, se trouvent la première église chrétienne, l’église du triomphe et l’église de la Compania de Jésus construite sur l’ancien palais de l’Inca Huayna Capac. Le dimanche, nous avons pu assister aux célébrations qui ont lieu chaque week-end.

Cusco Pérou
Vue sur le mont Aden à la Plaza de Armas

8 – Un trek dans le canyon du Colca

La sensation d’être libre et tout petit face à l’immensité du monde. Il fait le double du Grand Canyon. Au nord d’Arequipa, le Canyon du Colca avec une profondeur de 3 270 mètres a longtemps été considéré comme le canyon le plus profond du monde. Il est détrôné par le Canyon de Cotahuasi, au Pérou, qui atteint 3 535 mètres de profondeur.

Le canyon le plus profond du monde ?

Le lieu parfait pour les amateurs de randonnées. Le canyon du colca est un endroit accueillant, aux paysages à couper le souffle. Entre ses falaises, l’endroit est parfait pour faire la rencontre d’un troupeau de lamas ou observer un condor en plein vol.

Le Canyon abrite quelques petits villages qui vivent de leurs artisanat, mais aussi du tourisme local. Un bel instant, pour échanger avec la communauté péruvienne, tout en partageant un repas typique bien mérité.

Vallée du colca
Vallée du colca – Crédits : @Joe Flickr

Que voir au Canyon du Colca ?

L’heure du trek a sonné ! Le canyon du Colca est un très bon entraînement avant d’entreprendre le chemin de la vallée sacrée des incas. Prête pour un voyage inoubliable dans le sud du Pérou. Au cours de ma randonnée, il m’a fallu longer les falaises du canyon et suivre la rivière Rio Colca. L’itinéraire peut se faire en plusieurs jours. Une fois arrivés sur les hauteurs, je n’ai pas pu rester insensible à tant de beauté. Entre ces falaises, ces sols verdoyants et ces petits chemins tracés. Il est compliqué de j’ai eu la chance d’apercevoir de nombreuses espèces majestueuses tel que des condors en plein vol.

Canyon du Colca Arequipa Condor
Canyon du colca Arequipa Condor

9 – La ville blanche des Andes

Arequipa et son volcan Mitzi

Bienvenue à Arequipa, la plus belle ville du Pérou, juchée à plus de 2 300 mètres d’altitude. Arequipa se trouve au sud de Lima, non loin de la frontière entre le Pérou et le Chili. Fondée au pied du volcan Mitzi, j’ai profité dès le réveil d’un sublime panorama. Entourée par trois volcans, Arequipa a su me stupéfier par ses paysages. Les bâtiments de son centre historique sont faits de pierres volcaniques blanches. C’est ce qui lui vaut son nom de « ville blanche ». Arequipa a su conserver son charme colonial. Un véritable bond dans le temps. Une ville qui plaît aux passionnés d’architecture coloniale, d’histoire inca et d’édifices religieux.

Vue sur Arequipa et son volcan Mitzi
Vue sur Arequipa et son volcan Mitzi – Crédits : @peru

Le centre-ville et sa fameuse place de Armas

Si vous comptez visiter la deuxième ville du pays. Commencez par la Plaza de Armas. Une place magnifique. Le centre historique est reconnu pour la beauté de ses bâtiments d’époque coloniale. Prendre un instant pour regarder les arcades couronnées de balcons à colonnades en bois. Je me suis assise, sur un banc puis dans un café et j’ai regardé les pigeons virevolter autour des palmiers avec le Mitzi à perte de vue. Je n’ai pas pu quitter Arequipa sans avoir vu la superbe cathédrale de style néo-classique qui date du XVIIe siècle. Pour finir la balade en beauté, j’ai visité le majestueux Monastère de Santa Catalina. L’un des plus grands édifices religieux du monde. Où j’ai fait la rencontre des sœurs dominicaines et découvert les mystères du monastère et la manière dont on y vit.

 Arequipa
Arequipa : place d’armes. Crédit photo @Adrien Billot -Flickr

10 – La cité de Caral et ses terres désertiques

La plus ancienne cité d’Amérique

Faisons un bon dans le temps, 5 000 ans en arrière. À l’époque où le monde voit apparaître les premières civilisations. La ville de Caral est la plus ancienne cité d’Amérique. Sans fortification, cette communauté est gouvernée par un pouvoir théocratique. En avance sur son temps, comme les mayas, le peuple de Caral a su faire preuve de prouesses technologiques et d’organisation sociale. J’ai pu admirer les pyramides les plus anciennes des Andes et le système d’irrigation de la ville.

En 2OO4, un Quipu est découvert dans l’une des pyramides. C’est un système conçu par les Incas pour communiquer sans faire usage de l’écriture. Il s’agit d’un trousseau de cordelettes ou chaque nœud à un sens..

Quipu-Caral
Calendrier Incas, Quipu, Caral

Mettez vous dans la peau d’un archéologue

Une terre à la fois désertique, accompagnée de montagnes et longée par la mer. Un voyage qui commence dans les chemins de montagnes et dunes de sable avant d’arriver dans la cité de Caral. Le temps d’un instant, je me suis cru en Egypte. Une vingtaine de pyramides se présentent devant mes yeux ébahis. Ainsi que diverses constructions encore intactes, qui me laissent imaginer la vie en l’an 3 000 Av-Jc. Lancez-vous dans la visite de ce lieu d’exception.

11 – Pensez-vous pouvoir résoudre l’énigme des lignes de Nazca ?

Les lignes de Nazca son également un passage obligé pour visiter le Pérou. Ces lignes représentent plus de 15 000 géoglyphes gravés dans le sol. Pour conserver ces symboles et animaux dessinés au sol. Le peuple Nazca a fait usage de pierres. Elles ont recouvert les dessins et ont fini par s’oxyder. Une technique de gravure. Ils n’ont eu qu’à les retirer pour voir celui-ci gravé sur le sol. Les Nazcas ont trouvé un système d’imprimerie par le biais de la nature.

La légende des géoglyphes de Nazca

Les géoglyphes de Nazca sont soumis à de nombreuses théories. Création artistique, un immense calendrier astronomique, des messages destinés aux dieux ou encore une piste d’atterrissage pour un vaisseau spatial. Personne ne connaît leur véritable utilité. Les Paracas civilisation plus ancienne auraient aussi tracés de tels signes au sol, par le biais de pierres surélevées.

Lignes de Nazca
Lignes de Nazca : oiseau – Crédits @dp

Survoler les lignes de Nazca

Ai-je pensé pouvoir dire: “Je vole”, une fois dans ma vie? C’est maintenant chose faite ! Ce site du Pérou, n’est semblable à aucun autre. Pour apercevoir les symboles, je n’ai pas uniquement marché : il m’a fallu voler. Tel un condor, j’ai pris un avion et je suis monté dans le ciel au-dessus des lignes de Nazca.
De là-haut plusieurs animaux vous seront visibles: une baleine, un serpent, une araignée, un condor, un singe, un chien et bien d’autres encore. Une prouesse qui restera un véritable mystère pour notre époque.

Les géoglyphes de Nazca
Représentation: Un singe. Géoglyphes de Nazca

12 – Promenons-nous dans la cordillère de Huayhuash

Vous vous êtes déjà retrouvé dans un endroit où vous vous sentez tout petit? Bienvenue au paradis andin. Le condor vole et l’homme marche. Faire un trek dans la cordillère de Huayhuash, c’est une expérience comme nulle autre. Des heures de marches à contempler la verdure, des chutes d’eau, des lagons d’un bleu turquoise hypnotisant, des montagnes aux sommets enneigés.

Les sept montagnes

Au cours de ce trek, je suis montée à plus de 5 000 mètres d’altitude et pour parcourir plus de 130km. Un trek qui peut se révéler périlleux. L’expérience est déconseillée aux randonneurs non expérimentés. D’autres petits circuits sont proposés. Il est l’heure de sortir mon maillot de bain. J’ai eu l’occasion de me baigner dans des sources chaudes naturelles. Vous vous en doutez, certains compagnons de route m’ont rejoint dans cette aventure: un grand nombre d’oiseaux dont le condor, mais aussi des vigognes, des vizcachas. De quoi me laisser des souvenirs plein la tête.

Cordillère de Huayhuash
Cordillère de Huayhuash

13 – Les îles Ballestas, une terre féerique

Se rendre aux îles Ballestas

Toujours au Pérou, mais cette fois-ci dans la ville de Paracas. Pour se rendre aux îles Ballestas, j’ai dû prendre un bateau. Sur le chemin, j’ai vu le grand chandelier de Paracas. Un véritable mystère pour ceux qui l’aperçoivent. D’après la légende, ce géoglyphe creusé dans le sol, est la représentation du bâton de Viracocha, dieu inca. D’autres y voient une stramoine, une plante hallucinogène ou le motif de l’arbre monde mésoaméricain.

Visiter l'île Ballesta
Visiter l’île Ballesta : Crédits @DP

Un sanctuaire animalier unique au Pérou

Ce sanctuaire me réserve de nombreuses surprises. Sur la route j’ai croisé des cormorans, des pélicans thage, des manchots de humboldt, des sternes incas, des cinclodes de Taczanowski et bien d’autres espèces. Moi qui n’ai jamais vu d’otarie, je me suis sentie comme une petite fille. J’ai été comblé. Bien évidemment, dauphins, poissons et oiseaux sont de la partie.

Les îles Ballestas Paracas
Les îles Ballestas de Paracas

14 – Du rêve à la réalité, le Vinicunca.

Vous est-il déjà arrivé d’imaginer des montagnes de toutes les couleurs? Le Pérou vous offre la chance de passer du rêve à la réalité. Je vous emmène à la rencontre du fabuleux Vinicunca.

Vinicunca, la « montagne aux sept couleurs »

Un voyage physique, mais qui en vaut la peine. J’ai été émerveillée par ses nuances de rouge, de vert, de jaune et de bleu. Le Vinicunca, aussi appelé “Rainbow Mountain” ou encore “Montaña de los Siete Colores”, culmine à 5 200 m d’altitude. La montagne Arc-en-ciel est située au cœur de la région de Cusco.Le Pérou n’a pas fini de me surprendre. Je me suis retrouvée sur les hauteurs avec pour seul repère ses sublimes sommets de couleurs pastels. Un incontournable du Pérou, qui me soumet un paysage époustouflant, dont seule mère nature a le secret.

Comment faire l’ascension ?

Préparation pour une ascension haute en couleur. La montagne Arc-en-ciel peut être gravie à pied ou à cheval. Il est conseillé d’avoir une bonne forme physique avant d’entreprendre l’ascension de cette montagne. Située à plus de 5 000 m d’altitude, il ne faut pas hésiter à prendre son temps et à faire des pauses. Il est nécessaire et important de le rappeler, mais le mal des montagnes n’est pas une légende. J’ai appris à toujours avoir dans sa trousse d’urgence des feuilles de Coca et bien se reposer ! Le départ a lieu à Cusco. Après plusieurs heures de route, j’ai fait escale dans la ville de Chilca. Il faut compter environ 4h de marche pour monter Vinicunca contre 2h pour la descente.

Vinicunca
Vinicuna, « rainbow mountain » Crédit photo: Dayne Farley Flickr

15 – Mausolées de Revash : un lieu mystique du peuple Chachapoyas

Une culture funéraire

Au cours de leurs rites funéraires, les Chachapoyas pratiquaient la technique de l’embaumement. Les organes sont ôtés sans ouvrir le corps, mais évacués par un orifice. Il est ensuite bouché par un tampon de tissu enroulé.

Un vestige de l’ancien Pérou

C’est à la croisée de la cordillère des Andes et de l’Amazonie que mon voyage se poursuit.

À la suite d’un doux réveil dans la ville de Chachapoyas, il est temps pour moi de prendre la route pour la ville de San Bartolo dans la région de l’Amazonie. Une fois arrivé, il m’a fallu marcher une trentaine de minutes jusqu’au complexe funéraire composé de 3 étages. J’ai été interpellé par sa couleur rouge ocre. C’est à cet endroit que commence mon périple jusqu’aux mausolées de Revash. Rentrer dans les mausolées n’est pas possible.

Les mausolées de Revash, Amazonie
Les mausolées de Revash, Amazonie – Crédit @DP

16 – “de l’autre côté de la mer” à Chan Chan

La capitale du Royaume Chimu

On raconte que le premier souverain de Chan Chan, Tacaynamo, est venu “de l’autre côté de la mer” accompagné de ses guerriers. Il fonde son royaume dans la vallée de Moche et sera premier d’une longue dynastie.

Une cité éternelle

Non loin de Trujillo, au sud du Pérou, se trouve la cité de Chan Chan. Son parc archéologique m’a permis de me plonger dans la culture des Chimu.

J’ai fait un bon en 850 ap-Jc. Le temps d’un instant, je me suis imaginé la vie de la cité au sein du palais Nik-An. Cette ville forteresse, aux murs biens gardés par ses sculptures à l’entrée. À l’intérieur du palais, les premiers éléments qui m’ont sauté aux yeux seront : ses gravures murales liées à la mer et à la lune. Visualisez-vous à cette même époque, sur la place cérémonielle du palais Nik-An. Entendez-vous le bruit des instruments qui résonnent et vibrent sous nos pieds?

L’occasion de faire un saut dans la troisième ville du pays, Trujillo. En concurrence avec Lima. J’ai apprécié sa diversité et la beauté de ses rues. Ne pas hésiter à prendre le temps de se balader sur sa place et de visiter le musée des enfants.

 

Ruines Antiques de Chan Chan
Ruines Antiques de Chan Chan – Photos @dp

17 – La cascade enchantée : les Chutes de Gocta

Les mystères des chutes de Gocta

Cette magnifique cascade fait partie des merveilles du Pérou. Les chutes de Gocta sont  situées à plus de 700 mètres de haut. Elles sauront vous intriguer par leur beauté et leurs légendes. Certains disent qu’un pot d’or protégé par une sirène et un serpent géant y serait caché. D’autres évoquent, ce villageois disparu, Juan Mendoza, enchanté par les roches présentent derrière les chutes d’eau. Des légendes qui ont su éloigner les villageois de la cascade et la préserver.

Se rendre à Gocta

Être prête à braver mes limites au cours d’un trek. Départ depuis la ville de Cochachimba ou de San Pablo pour rejoindre Chachapoyas. Une fois arrivé, il est possible de continuer le  voyage à pied ou à cheval durant 3 Km. il m’a fallu entreprendre les 2 derniers kilomètres à pied, le chemin étant trop sinueux et humide pour les chevaux. Voilà l’instant tant attendu, j’ai pu admirer ces magnifiques chutes d’eau.

Chutes de Gocta
Les Chutes de Gocta

18 – Une Oasis dans le désert au parc national de Huacachina

La sirène de Huacachina

Près de la cité d’Ica, j’ai découvert cette Oasis au cœur du désert. D’après la légende, la petite statuette présente devant la lagune, une princesse poursuivie par un chasseur se serait cachée dans l’eau. Une fois immergées, des plantes se sont mises à pousser tout autour d’elle. On dit que la princesse est devenue sirène et se baignent toujours dans l’oasis.

Une Oasis au beau milieu du désert

Au milieu du désert d’Ica, se cache un lieu surprenant du Pérou. Encerclé par les dunes de sable, le parc de Huacachina cache en son centre une belle oasis.

Modifions quelque peu notre itinéraire. Huacachina se situe au nord-ouest du Pérou. Proche de Paracas et avant Nazca. Pourquoi ne pas y faire une escale pour voir sa belle oasis? J’en ai profité pour contempler un coucher de soleil au sein du parc national depuis le haut des dunes et repartez ressourcé pour de nouvelles aventures.

Oasis de Huacachina
Parc national de Huacachina dans le désert. Crédit photo: Guillaume Briand Flickr

19 – L’incontournable forteresse D’ollantaytambo

Symbole de la puissance inca

C’est à 2 792m d’altitude, soit à 60km de Cusco que se trouve la porte de Ollantaytambo. Une véritable forteresse, aux murs infranchissables. Que même les espagnoles n’ont pas su faire tomber! Un lieu à la fois militaire, religieux et politique, où vivait la noblesse inca. J’ai eu la chance d’observer ses sculptures naturelles semblables au Dieu Viracocha. J’ai essayé d’élucider le mystère de ses sources d’eau. Un secret bien gardé depuis plusieurs milliers d’années.

Forteresse Ollantaytambo
Forteresse Ollantaytambo crédit photo @DP

20 – Embarquer pour Maras et Moray

Les salines de Maras

Nos dernières escales en Amérique du Sud ont été dans la région de Cuzco. Un accès limité, mais une vue à couper le souffle. Les salines de Maras sont composées de 3 000 bassins. Situées au nord de Cusco. Ces bassins sont utilisés depuis l’époque inca pour l’extraction du sel par évaporation. Il provient d’une source d’eau salée naturelle. L’occasion de rencontrer la communauté locale et d’en apprendre davantage sur la chicha, le textile traditionnel et les plantes médicinales.

Les salines sont protégées par des barrières en bois afin de ne pas dégrader le lieu. Cela ne m’a pas empêché d’apprécier ce moment et de contempler la grandeur de ce lieu.

Moray, un ancien centre de recherche agricole

En l’instant de quelques secondes, j’ai cru m’y perdre. Je ne suis pas arrivé dans le plus grand amphithéâtre du monde ou sur une piste d’atterrissage extraterrestre. Moray est un ancien centre agricole datant de l’époque inca. Situé à 7 km de Maras. Une sorte de serre expérimentale, construite avec un système d’irrigation permettant de stocker l’eau de pluie et de la réutiliser. Afin d’alimenter les cultures. Les terrasses ont été pensées de façon à reproduire au fur et à mesure des étages un climat de plus en plus humide. Un lieu fascinant qui démontre le savoir-faire de cette civilisation ancienne.

Maras
Maras vallée de sel

Quand visiter le Pérou ?

Contrairement à d’autres pays, le Pérou se distingue par deux saisons bien définies : De mai à septembre la saison sèche, dite été et d’ octobre à avril la saison humide, dite hiver. Le Pérou est divisé en 3 zones distinctes : La forêt amazonienne, la Cordillère des Andes et la côte. A chaque zone sa saison:

  • La forêt amazonienne : Ce territoire est reconnu pour son climat chaud et humide. Il est conseillé de privilégier la saison sèche de préférence durant les mois de juillet et août.
  • La côte : Malgré les risques d’averses, la côte se révèle plus douce et plus supportable lors de la saison humide. Au retour de la saison sèche, les températures peuvent atteindre 38 °C.
  • La Cordillère des Andes : Parcourir les montagnes de la cordillère des Andes en pleine saison des pluies déconseillé. Mieux vaut privilégier une période moins humide, la saison sèche de mai à septembre.
Andean Explorer
Andean Explorer Crédit photo : Guifré

Carte des lieux à visiter au Pérou

Notre choix de vidéo pour découvrir le pays

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos derniers voyages

Circuit au Coeur de la Serra da Estrela

Colombie ancestrale et naturelle

Peru Magico

Pour voyager responsable, partez avec nous !

CONTACTEZ-NOUS !

Claudia & Miralda
06 62 49 50 85
hola@pachamama-voyages.com

Pachamama Voyages

GRATUIT
VOIR